Remise de la Légion d’Honneur à M. Igor Senčar

M. Pierre-François Mourier, Ambassadeur de France en Slovénie, a remis le 21 mai 2015 à la résidence de France les insignes de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur à M. Igor Senčar, ancien secrétaire d’Etat au ministère des Affaires étrangères.

Cette distinction vient récompenser l’excellente relation nouée par l’Ambassade et par les autorités françaises avec M. Senčar, tout au long de sa carrière marquée par une implication continue sur les dossiers européens et un intérêt personnel résolu pour la langue et la culture françaises.

JPEG

L’allocution prononcée par M. l’Ambassadeur :

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Excellences, chers collègues,
Messieurs les Directeurs généraux et Directeurs du ministère des Affaires étrangères, chers collègues,
Monsieur l’Académicien,
Monsieur le Doyen,
Cher Igor Senčar,
Chers amis,

C’est un réel plaisir pour moi de vous accueillir aujourd’hui à la Résidence, en présence de vos proches, de vos amis et collègues du ministère des Affaires étrangères, pour vous remettre les insignes de chevalier de l’ordre de la légion d’Honneur.

Cette distinction, qui constitue la plus haute décoration française, honore à l’étranger les personnalités qui ont œuvré, par leur action et leur mérite, au renforcement de nos relations bilatérales et à l’approfondissement de l’amitié qui lie nos deux pays.

Et vous incarnez parfaitement, cher Igor, cette amitié franco-slovène. Avec votre excellente maîtrise du français et votre goût prononcé pour la culture et les valeurs françaises, votre carrière est également marquée par un profond engagement européen, ce qui vous confère une expertise reconnue des enjeux européens et des mécanismes communautaires, que vous mettez au service du ministère slovène des Affaires étrangères depuis de nombreuses années.

Permettez-moi, justement, cher Igor, de retracer en quelques mots les étapes de votre carrière professionnelle. Titulaire d’un master en économie de l’université de Ljubljana, mais également d’un diplôme d’ingénieur électrotechnique – cela vaut la peine d’être souligné, peu de diplomates sont aussi polyvalents que vous –, vous débutez votre carrière en 1990, dans le département chargé des investissements au sein de Telekom Slovenije.

Vous rejoignez dès 1993 le ministère slovène des Affaires étrangères et votre carrière est dévolue aux affaires européennes depuis cette date. Vous occupez plusieurs postes successifs à la direction des Affaires européennes du ministère, puis tout naturellement, à partir de 2002, à Bruxelles. Vous devenez notamment en 2004 Représentant permanent de la Slovénie au Comité politique et de sécurité « COPS » – puis, en 2005, Représentant permanent de la Slovénie auprès de l’Union. Vous revenez en avril 2010 à Ljubljana en tant que directeur des affaires européennes et bilatérales au ministère slovène des Affaires étrangères, et, en février 2012, vous êtes nommé secrétaire d’Etat en charge des Affaires européennes et bilatérales et de la diplomatie économique. Dans le cadre de ces fonctions, vous avez noué une relation de grande confiance et de proximité (pas seulement liée au fait que Slovènes et Français sont voisins de table lors des réunions européennes) avec les ministres délégués aux affaires européennes successifs que vous avez connus, Thierry Repentin puis Harlem Désir. Vous vous êtes particulièrement investi sur le dossier de la stratégie macro-régionale alpine, qui constitue également un sujet de convergence et de partage entre nos deux pays. J’ajoute, à titre plus personnel, que j’ai particulièrement apprécié de pouvoir travailler avec vous : votre disponibilité, votre précision, votre qualité d’écoute se sont révélées précieuses à maintes occasions.

Pour toutes ces raisons, la République française souhaite vous témoigner de sa gratitude et rendre hommage à votre engagement personnel.

Igor Senčar, au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous remets les insignes de chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur.

L’allocution prononcée par M. Senčar :

Excellence, cher Monsieur l’Ambassadeur, Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux et extraordinairement honoré que Monsieur le Président de la République m’a nommé Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur. Quand je prononce ma gratitude à cette reconnaissance, permettez-moi que je vous dis quelques mots.

Il y a deux choses qui m’ont inspirées dans mon parcours professionnel dès le début. Avant tout, c’est la volonté des Slovènes, très clairement exprimée, pour l’indépendance, ce qui était en effet la décision pour la rentrée en Europe, ce que les citoyens ont encore une fois confirmé quelques années plus tard à l’occasion du référendum pour l’adhésion à l’Union Européenne et à l’OTAN. Ces décisions sont les réalisations du sens de la vie et du développement de la nation slovène, de ses visions et ses aspirations anciennes, si merveilleusement exprimées par France Prešeren dans son Toast.

Et celui-ci représente une bonne récapitulation de la seconde source de ce qui m’a inspiré : prendre à tâche de contribuer dans nos efforts conjoints pour la construction de notre maison commune européenne, sur le fondement des valeurs européennes de respect de la dignité de l’homme, la liberté, la solidarité communautaire, la démocratie et la paix juste. Et c’est ici que dans mon parcours professionnel la rencontre avec la France, ce pays magnifique avec sa culture merveilleuse, est arrivée. En premier lieu, c’était la rencontre avec la pensée et l’œuvre de Robert Schuman, l’un des pères fondateurs du procès de l’intégration européenne. Ses pensées, sa déclaration sont profondément semblables aux pensées de France Prešeren, exprimées dans son Toast qui est devenu l’hymne national de la Slovénie.

La décision pour l’Europe oblige tous les pays membres de l’UE et leurs citoyens. Il s’agit de l’Europe comme un devoir. L’ordre constitutionnel donné à l’occasion des trois décisions plébiscitaires en Slovénie oblige aussi. Cet ordre a été donné dans la liberté. Dans la liberté qui oblige. Et on ne peut pas le remplir qu’uniquement dans la liberté qui accepte cette obligation fondamentale. Il s’agit de la Slovénie démocratique, de la Slovénie européenne comme un devoir. Chaque liberté se développe dans l’engagement et dans le renoncement à être sans obligation. Cette décision fondamentale qui oblige, forme et développe la culture ainsi que fait réaliser le sens profond de l’existence. C’est de la liberté dans l’obligation que la fertilité provient. Combien nous en avons besoin aujourd’hui en Europe et en Slovénie !

Pour la décision de lancer l’intégration européenne, il fallait du courage de la part de la France et des autres pays fondateurs. Egalement, pour la décision pour la Slovénie démocratique, libre, européenne, il fallait du courage des Slovènes qui ont commencé, en prenant cette décision, à exercer et à vivre leur citoyenneté. Aujourd’hui, pour les deux tâches, pour l’Europe unie ainsi que pour la Slovénie européenne, il nous faut du courage plus que jamais. Aujourd’hui, nous avons besoin du courage car la fidélité à ce devoir et sa réalisation ne sont pas possibles sans esprit critique, sans soin pour le bien commun et la responsabilité qui dépasse l’intérêt individuel et l’instinct utilitaire.

Excellence, Mesdames et Messieurs, chers amis, c’est avec gratitude, avec fierté et dans la joie que j’accepte l’honneur rendue par la République Française. Cette reconnaissance m’oblige à continuer à être engagé en faveur de la construction de l’Europe comme notre maison commune, de la Slovénie européenne ainsi que des liaisons étroites, tissées sur la base du profond respect réciproque et l’amitié entre la Slovénie et la France.

Retrouvez plus de photographies sur la page Facebook de l’Ambassade.

Dernière modification : 28/05/2015

Haut de page