La légion d’honneur pour la Médiatrice slovène

Madame Nicole Michelangeli, Ambassadrice de France en Slovénie, a remis le mercredi 3 mars 2010 à la Résidence de France à Ljubljana, les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à Madame Zdenka Čebašek-Travnik, Médiatrice slovène.

Par cette distinction, la France a souhaité rendre hommage à Madame Čebašek-Travnik pour son engagement permanent en faveur des droits de l’homme, sa contribution à l’enrichissement des relations bilatérales franco-slovènes et pour avoir également contribué à une meilleure connaissance des institutions des deux pays.

JPEG - 58.8 ko
Mme Zdenka Čebašek-Travnik et Mme Nicole Michelangeli (Photo : Nataša Kuzmič)

Madame Nicole Michelangeli a prononcé à cette occasion le discours suivant :

Spoštovana varuhinja, draga gospa Zdenka Čebašek-Travnik,
dragi kolegi,
dame in gospodje,

Da bi vam izkazala čast, bom poskusila vsaj na začetku spregovoriti nekaj besed po slovensko. Da pa bom res prepričana, da me razumete, bom nadaljevala v francoščini in naša predstavnica za tisk, Nada Gradišar, bo moje besede sproti prevajala v vaš jezik.

Etre Médiatrice des droits de l’homme de la République de Slovénie, après presque vingt ans d’indépendance, est sans doute une tâche aussi exaltante qu’ardue.

Nommée voici tout juste trois ans à la tête d’une institution dont vous avez célébré l’an dernier les quinze ans d’existence, vous en avez fait une référence respectée qui a grandement contribué, dans le respect de ses prérogatives, à la consolidation de l’Etat de droit et au renforcement de la protection des droits de la personne et des libertés publiques.

La pertinence de vos analyses, votre souci de l’objectivité, votre refus des polémiques stériles, et votre connaissance remarquable des conditions sociales et économiques de la population sont hautement appréciés.

Femme de conviction et de terrain, vous avez avec ténacité et patience su promouvoir la cause des personnes les plus fragiles, des catégories sociales les plus exposées, des communautés qui peinent à trouver leur place dans notre société, de tous ceux dont les droits élémentaires sont souvent négligés et parfois déniés.

Permettez-moi de revenir brièvement sur votre carrière brillante, sur un parcours qui vous avait déjà fait vous pencher sur les souffrances de personnes en détresse, vous prédisposant pour ainsi dire à la fonction que vous occupez actuellement :

Médecin, psychiatre et psychothérapeute de formation, vous avez, dès le début de votre activité professionnelle, consacré votre énergie au traitement de souffrances et d’addictions spécifiques, comme l’alcoolisme, et attiré l’attention des institutions où vous travailliez sur les drames humains et familiaux et les conséquences socio-économiques et socioculturelles de ce fléau.

Forte de votre expérience en médecine générale, que vous n’avez jamais perdue de vue, et de votre spécialisation en psychiatrie, vous vous êtes investie dans le traitement de l’alcoolisme et le développement de la santé mentale à la tête, respectivement, des deux centres consacrés à ces domaines, au sein de l’Hôpital psychiatrique de Ljubljana.

Vous avez également fait de la thérapie familiale un vecteur de votre activité médicale. De même, vos travaux scientifiques et votre activité pédagogique à la faculté de médecine et à la faculté de droit ont été particulièrement appréciés et fait progresser la pratique médicale et thérapeutique dans ces domaines.

JPEG - 55.9 ko
Mme Zdenka Čebašek-Travnik et Mme Nicole Michelangeli (Photo : Nataša Kuzmič)

Enfin, loin de vous consacrer à la seule Slovénie, vous jouissez également d’une réputation internationale significative, puisque vous avez présidé, de 1995 à 2004, le Plan européen d’action contre l’alcoolisme de l’Organisation mondiale de la Santé.

J’en viens maintenant à votre responsabilité actuelle de Médiatrice des droits de l’homme :

Si votre engagement et votre force de proposition s’expriment notamment dans le rapport annuel sur les droits de l’homme en Slovénie, qui est devenu une référence, ce sont aussi la qualité et la franchise de vos relations avec l’ensemble des autorités et institutions slovènes et des décideurs politiques et la connaissance remarquable des réalités humaines et sociales qui donnent du poids à vos recommandations, même s’il vous arrive de penser qu’elles pourraient être mieux prises en compte.

En effet, si votre implication dans la défense des populations fragiles ou en état de précarité suscite souvent de l’intérêt, elle peut aussi, parfois, être source d’agacement de la part de certains.

Mais votre engagement contre l’intolérance et les discriminations de toute nature est salué par tous, de même que votre action contre les violences domestiques, en faveur des droits des handicapés, des enfants, des femmes, des personnes âgées, des détenus et de bien d’autres catégories sociales.

Très attachée non seulement à la pleine reconnaissance et à la promotion des droits civils et politiques, mais aussi économiques, sociaux et culturels, vous avez plaidé, entre autres, pour un règlement équitable de la situation des personnes « radiées » et des individus spoliés ou touchés par les dommages de guerre, pour une reconnaissance effective des droits de la communauté rom, pour un meilleur accueil des demandeurs d’asile et des étrangers en général, et la liste est loin d’être exhaustive…

Les avancées législatives notables en matière de santé mentale, de droits des patients, de prévention des violences domestiques, de protection des enfants dans le nouveau code pénal sont d’ailleurs pour une grande part le fruit de vos suggestions.

Enfin, vous avez avec pertinence souligné combien les effets de la crise économique se conjuguaient souvent pour fragiliser les droits fondamentaux, les personnes les plus défavorisées ou pauvres étant les moins bien armées pour les faire valoir.

Mme la Médiatrice, votre culture du dialogue et votre capacité d’écoute, votre empathie avec ceux qui souffrent, alliés à votre indépendance d’esprit et votre conviction profonde que l’action publique et la solidarité nationale peuvent faire bouger les choses, font de vous une personnalité reconnue et efficace dans le domaine de la protection et de la promotion des droits de l’homme :
ils ont également fait de l’institution du Médiateur une autorité administrative incontournable, particulièrement utile dans une démocratie moderne.

Pour toutes ces raisons, pour votre générosité, vos convictions humanistes, votre engagement auprès des plus démunis et votre sens indéfectible de l’équité et de la justice, mon pays a voulu vous rendre hommage en vous décernant sa plus haute distinction, la Légion d’Honneur et en vous faisant Chevalier dans cet ordre.

C’est pour moi un très grand honneur de vous remettre cette distinction.

Dernière modification : 23/04/2018

Haut de page