Barbara Jaki décorée dans l’Ordre national de la Légion d’honneur [sl]

Le 20 août 2018 à Ljubljana, l’ambassadrice de France Marion Paradas a remis les insignes dans l’Ordre national de la Légion d’honneur, au grade de Chevalier à Barbara Jaki, directrice de la Galerie nationale de Slovénie.

Celle distinction vient récompenser l’engagement et le rayonnement de Barbara Jaki au service de l’art et de la culture en Slovénie.

A la tête de la première institution slovène dans le domaine des arts visuels depuis près de douze ans, Barbara Jaki incarne l’excellence d’une offre culturelle qui fait le lien entre le patrimoine artistique et l’ouverture vers le monde moderne.

Retrouvez ci-dessous le discours prononcé par l’ambassadrice Marion Parades à l’occasion de la remise des insignes dans la Galerie nationale de Slovénie à Ljubljana.

Chère Barbara Jaki,

« Portraits et paysages comme thèmes bourgeois de la peinture entre 1800-1870 » : tel était le thème de votre thèse de doctorat. Pourquoi au XXIe siècle, à l’heure du tout-numérique, des encyclopédies en ligne et de l’image omniprésente, continue-t-on à aller au musée ? Pourquoi des foules se déplacent en ville, voyagent à l’étranger pour se presser aux portes de lieux comme celui où nous nous trouvons aujourd’hui ? Précisément pour cela, qui est l’essence de la peinture et qui échappe à la technologie : pour voir ces portraits et ces paysages que des artistes ont créés pour leurs contemporains et pour la postérité, pour prendre le temps de jouir des émotions qu’ils suscitent, bref pour être au plus près d’œuvres que vous, chère Barbara, avez reçu la mission de conserver et de présenter au public.

La Galerie nationale fête ses cent ans et vous, votre treizième année à la tête de cette magnifique institution que vous avez contribué à transformer considérablement. Jeune diplômée de la faculté des Arts de l’Université de Ljubljana, vous entrez à la Galerie nationale, en tant que conservatrice, en 1987 avant de patiemment gravir les échelons académiques et professionnels jusqu’à devenir sa directrice en 2005. Votre précédent mandat a été marqué par l’ambitieux projet de rénovation du bâtiment, qui place désormais ce lieu au rang des grands musées européens, notamment grâce à la mise en valeur d’une magnifique collection d’art chrétien médiéval.

Votre mandat actuel, commencé en 2015, sera lié aux célébrations du centenaire du musée qui se déroulent cette année, mais aussi à la création en 2016 de la collection permanente Zoran Mušič. Si les héritiers du peintre ont choisi de faire don de ses œuvres à la Galerie nationale, je crois pouvoir dire que c’est parce que vous la dirigez et parce qu’elle jouit dans l’esprit du public d’une évidente identification à votre personnalité attachante, connue pour son engagement, sa distinction et son sérieux.

Aux yeux de vos pairs, comme à ceux de vos partenaires, parmi lesquels la France a l’honneur de compter, vous incarnez en effet l’excellence d’une offre culturelle qui fait le lien entre le patrimoine artistique et l’ouverture vers le monde moderne. Votre expertise est largement reconnue et fréquemment sollicitée dans le cadre des divers comités dont vous faites partie.

Chère Barbara,

Votre attachement à ce patrimoine culturel européen, votre parfaite connaissance de ses courants artistiques et votre désir de donner à l’héritage pictural français la place qui est la sienne au sein de votre programmation culturelle font de vous un partenaire précieux de mon pays.

Excellente francophone, vous avez toujours eu à cœur de renforcer vos liens avec la France , notamment en participant grâce à des bourses attribuées par le gouvernement français, au séminaire européen des conservateurs en 2011 ou plus récemment , en 2016, au séminaire relatif au financement et à l’économie de la culture.

Avec une passion sans faille, et en dépit des nombreux obstacles qui semblaient en rendre la réalisation incertaine, vous avez conçu, défendu et mené à bien le projet d’exposition sur « Les impressionnistes slovènes et leur temps (1890-1920) » au Petit Palais à Paris en 2013. L’année suivante, avec le même sérieux et la même énergie, vous avez accueilli ici à Ljubljana l’exposition « Peindre en Normandie : la naissance de l’impressionnisme », tirée de la collection du Conseil régional de Basse-Normandie – exposition qui fut, grâce à vous, l’un des plus beaux succès de son itinérance.

La bienveillance que vous entretenez à l’égard des institutions françaises en Slovénie, l’engagement dont vous faites preuve dans la mise en œuvre des projets définis en commun, les relations de confiance et d’amitié qui nous lient sont autant de raisons qui ont conduit le Président de la République française à vous distinguer dans l’ordre de la Légion d’honneur.

Madame Barbara Jaki, « Au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur ».

Décoration de Barbara Jaki
Décoration de Barbara Jaki
Décoration de Barbara Jaki
Décoration de Barbara Jaki
Décoration de Barbara Jaki

Dernière modification : 05/09/2018

Haut de page